Retarder son éjaculation avec des antidépresseurs ?

quel antidépresseur pour ralentir l'ejaculation précoce

Le contrôle de l’éjaculation au niveau central dans le cerveau est assuré en partie par un neurotransmetteur : la sérotonine. Cependant ce phénomène ne permet pas à lui seul à expliquer comment retarder le plaisir.

Cependant, la rapidité de la survenue de l’éjaculation serait en partie due à une diminution de la transmission de la sérotonine. Depuis quelques années, des médecins proposaient donc des antidépresseurs inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine (les IRSS).

Comment retarder l’éjaculation avec ces médicaments ? Tout simplement parce qu’ils augmentent la quantité de la sérotonine transmise et favorisent son action, ce qui a pour but de favoriser un retardement malgré tout assez partiel de la survenue de l’éjaculation. Les résultats obtenus ne sont pas excellents ni radicaux et masquent souvent les apprentissages naturels à faire de toute façon : on ne peut pas toujours marcher avec des béquilles.

On utilisait couramment les antidépresseurs suivants : la sertraline (Zoloft), la fluoxétine (Prozac), la paroxétine (Deroxat) et le citalopram (Seropram). Mais beaucoup de médecins restent opposés à cette prescription sur le moyen ou long terme.

Ces médicaments :

– Premièrement n’ont pas obtenu d’autorisation de mise sur le marché spécifique en rapport avec l’éjaculation précoce.

– Deuxièmement induisent des risques qui ne sont pas anodins. Des effets secondaires de chute de la libido, troubles de l’érection, cas isolés de priapisme avec la paroxétine et autres maux de tête, effet sédatif et sensation de fatigue et ralentissement général peuvent survenir.

– Troisièmement, les facteurs les plus importants (apprentissages comportementaux et mentaux) qui garantissent la plus grande partie des habiletés à canaliser l’excitation sexuelle, ne sont pas apportés par le médicament.

Enfin, toutes les classes d’antidépresseur sont incriminés pour produire des troubles sexuels : Les plus souvent cités sont l’amitriptyline, l’imipramine, la clomipramine (beaucoup de troubles erectiles), le desipramine, la protriptyline, la nortriptyline, la maprotiline, l’amoxapine, l’iproniazide.