Retenir son éjaculation avec les crèmes et les sprays anesthésiants ?

bruno martin retenir son éjaculation avec des cremes et sprays

Ces substances plutôt toxiques s’infiltrent dans la peau et les muqueuses. Une solution lourde de conséquences pour tenter de retarder l’éjaculation et surtout à tendances néfastes ? Sensation d’engourdissement et d’anesthésie (impression de membre glacé) qui déconnecte de la fonction plaisir et réduit les chances d’apprendre un jour le repérage de ses propres niveaux d’excitation, seul moyen de durer à sa guise. C’est un peu comme si l’on bandait les yeux d’un mauvais conducteur pour qu’il n’appréhende mieux l’arrivée de l’accident. Ces produits contiennent des anesthésiques locaux censés diminuer la sensibilité de la verge. Ceci masque au contraire les éléments permettant de contrôler son excitation. Les crèmes sont constituées souvent à partir de deux principaux éléments qui sont la lidocaïne et la prilocaïne. Ceux-ci ont la spécificité d’agir par diffusion, en permettant une anesthésie locale transcutanée. De plus, signalons que, mal appliqué, il risque d’anesthésier aussi en partie les paroies vaginales de la compagne. Signalons que ces produits ne s’avèrent pas conseillés par les médecins et ne possèdent pas d’autorisation de mise sur le marché spécifique pour l’éjaculation précoce. La médecine ne reconnait pas l’efficacité effective de ces crèmes pour ralentir l’excitation. Ces produits ne permettront pas d’apprendre comment retarder l’éjaculation. D’ailleurs. Il est constaté d’importants effets secondaires pouvant aboutir au déséquilibre psychologique du patient et de graves problèmes physiologiques à long terme. Ces crèmes contiennent des produits analgésiques dont l’application disproportionnée lors des ébats sexuels, pourrait conduire du fait de nécroses à une insensibilité du pénis qui à la longue induirait des dysfonctions érectiles. Ces conséquences vont même plus loin en impactant négativement la flore vaginale de sa partenaire. Une forme d’insensibilité progressive commune des partenaires, reflet d’une relation asséchée risque de déliter les relations de couple.

Autres effets secondaires constatés :

– L’application cutanée ou muqueuse est susceptible d’induire localement un érythème, une pâleur, un prurit, une sensation de brûlure ou un oedème du site d’application. Ces réactions cutanées sont bénignes, toujours réversibles et ne préjugent pas de la qualité de l’anesthésie obtenue.
– Exceptionnellement, réaction allergique voire choc anaphylactique.
– En raison de la présence d’huile de ricin, risque d’eczéma de contact.
– De rares cas de lésions locales discrètes au niveau du site d’application, à type de purpura ou de pétéchies ont été rapportés.

Conclusion : pas conseillé comme moyen pour savoir comment retenir son éjaculation.